Élections législatives : l’heure est grave

Avec une très forte participation, plus de 20 points par rapport aux législatives de 2022 et un record depuis 1978, les Français ont fait preuve de civisme et mesuré l’importance de ce scrutin. En choisissant de dissoudre l’Assemblée nationale, dans la précipitation et sans consultation, Emmanuel Macron s’est plus comporté en trader qu’en président de la République. On ne joue pas avec l’avenir de notre pays comme on joue au poker. 

Le résultat ne s’est pas fait attendre. La majorité macroniste sort laminée de ce 1er tour, tandis que le Rassemblement National confirme ses résultats et sa dynamique des Européennes et flirte désormais avec la majorité absolue à l’Assemblée. La colère des Français contre les politiques libérales menées depuis 20 ans s’est exprimée, mais elle a emprunté la mauvaise voie.

Tout au long de son histoire, l’extrême droite n’a fait que défendre la propriété, le capital et les grandes fortunes. Qui peut croire raisonnablement que demain elle mettra en place des mesures progressistes, sociales, pour améliorer les conditions de travail des salariés, pour aider les familles les plus fragilisées ? Nous savons déjà que le programme du RN profitera aux plus puissants et aux plus riches. C’est une politique discriminatoire qui va être mise en place, de stigmatisation et de division de la société française, de recherche du bouc-émissaire, de remise en cause claire et nette de nos libertés individuelles, de l’état de droit et du pacte républicain.

Les enjeux sont de taille et je tiens à les rappeler à chaque électeur, à chaque citoyen, à chaque républicain. Pour les villes populaires, les périls et les dangers du Rassemblement National sont nombreux : que vont devenir les politiques de la ville, l’éducation prioritaire et les services publics de proximité ? Pour les associations, pour la culture populaire, pour le droit des femmes, pour l’environnement et l’écocitoyenneté, pour la cohésion de notre société, les risques de fractures et de clivages sont immenses.

Arrivé en deuxième position avec plus de 28% des voix, le Nouveau Front Populaire montre ce soir qu’il est le seul à pouvoir faire barrage à l’extrême droite. Toutes les forces de gauche doivent renouer le dialogue et susciter un réel espoir de changement politique et de justice sociale auprès des classes populaires, des travailleurs et salariés.

Les crises s’agrègent et beaucoup de nos concitoyens ne s’en sortent pas en termes de pouvoir d’achat et d’accès aux droits à la santé, au logement, etc. L’heure est grave et personne ne peut prendre le risque avéré d’une extrême droite au pouvoir en France. 

A Vénissieux, comme sur l’ensemble du territoire national, la participation a fortement augmenté par rapport aux Législatives 2022. Les Vénissians ont fait preuve de civisme et compris les dangers que les politiques d’extrême droite risquent de provoquer. C’est la raison pour laquelle ils ont placé nettement en tête le Nouveau Front Populaire.

A la veille du second tour, j’appelle chacune et chacun à s’engager dans ce front commun contre l’extrême droite, syndicats, associations, habitants, à résister pour que vive le pacte républicain qui est le nôtre. Tous ensemble, républicains, progressistes, humanistes, élus comme citoyens, mobilisons-nous avec Idir Boumertit, candidat du Nouveau Front Populaire. 

Les résultats globaux et détaillés pour Vénissieux.

X